Des émetteurs de photons uniques identifiés dans le polyméthacrylate de méthyle

Contenu disponible pour les abonnés Ajouter à la sélection

Vous devez être connecté à votre compte pour accéder à ce contenu.
Seul le résumé vous est affiché.

Déjà un compte ? Connectez-vous

Les boîtes quantiques sont des nanoparticules fluorescentes dont la couleur est déterminée par la taille, ce qui les rend très attractifs pour l’imagerie, l’affichage ou l’éclairage. Cependant, deux défauts limitent encore ces applications : elles clignotent, en basculant aléatoirement entre différents états plus ou moins lumineux, et elles photoblanchissent, en perdant de la luminosité lorsqu’elles sont soumises à une énergie incidente trop forte. Un nouveau travail a été récemment publié sur cette thématique par un groupe allemand : des défauts localisés ont pu être détectés dans un polymère, le polyméthacrylate de méthyle (PMMA).