Elaboration de pastilles microcristallines 3D de pérovskite hybride pour la détection directe des rayons X

Contenu disponible pour les abonnés Ajouter à la sélection

Vous devez être connecté à votre compte pour accéder à ce contenu.
Seul le résumé vous est affiché.

Déjà un compte ? Connectez-vous

Les technologies de détection des rayons X sont aujourd’hui incontournables pour les applications médicales (radiographie), sécuritaires (contrôle des bagages dans les aéroports), ou pour le contrôle non destructif. Dans ce contexte, les matériaux, notamment les semi-conducteurs pour la conversion directe des rayons X, font l’objet d’un effort de recherche continu. Parmi ceux-ci, les pérovskites font figures de candidats potentiels. Un premier travail paru en 2015 avait permis de démontrer la preuve de faisabilité de la détection des rayons X par des couches de CH3NH3PbI3 déposées par spray. Néanmoins, cette approche souffrait de nombreuses limitations, et notamment au niveau des faibles épaisseurs de matériau déposées.

Les mêmes auteurs (consortium de laboratoires et industriels autour de l’Université allemande d’Erlangen-Nuremberg), propose un concept original pour la fabrication de couche épaisse de pérovskites . Le principe consiste à fabriquer des microcristaux (50nm-1µm) de CH3NH3PbI3 en solution, puis de les compacter à forte pression dans un moule pour former une pastille solide autosupportée de quelques millimètres d’épaisseur.