Réseaux à haute densité de nanofils verticaux connectés pour l’étude électrophysiologique inter et extra-cellulaire

Contenu disponible pour les abonnés Ajouter à la sélection

Vous devez être connecté à votre compte pour accéder à ce contenu.
Seul le résumé vous est affiché.

Déjà un compte ? Connectez-vous

L’étude approfondie de l’activité de neurones individuels et la détection du relargage infime de neurotransmetteurs  au sein de réseaux neuronaux modèles sont des défis majeurs pour comprendre et à terme traiter les maladies neurologiques. Un consortium d’équipes américaines et singapouriennes ont développé un procédé d’intégration hybride pour fabriquer des réseaux de nanofils verticaux connectés individuellement avec une densité de 6,25 millions/cm² et une période de 4 µm. Cette forte densité et la hauteur adéquate de ces nanofils de silicium fortement dopé, passivés par de la silice sauf à l’extrémité supérieure, ont permis la mesure du comportement électrophysiologique intra-cellulaire de réseaux de neurones primaires de souris ainsi que de neurones dérivés de cellules souches humaines.