La chimie sur surface voit grand

Contenu disponible pour les abonnés Ajouter à la sélection

Vous devez être connecté à votre compte pour accéder à ce contenu.
Seul le résumé vous est affiché.

Déjà un compte ? Connectez-vous

La chimie sur surface connait à l’heure actuelle un essor sans précédent : cette approche consiste à former des assemblages moléculaires étendus et mono- ou bidimensionnels sur une surface à partir de briques moléculaires parfaitement définies. Parmi les différentes réactions mises en évidence sur surface, la plus populaire met en jeu des précurseurs possédant un ou plusieurs atomes d’halogène : déposés sur un métal, par simple chauffage, ces objets moléculaires voient leurs liaisons halogène-carbone se rompre sous l’effet catalyseur de la surface. Ainsi, à partir d’un film de molécules auto-assemblées, il est possible d’engendrer des systèmes covalents étendus, inaccessibles par les voies de synthèse « traditionnelles » en solution.

Une collaboration franco-coréenne a démontré la réalisation de dimères puis de chaînes linéaires de grande taille grâce à une élévation graduelle de la température et en utilisant un autre mécanisme de polymérisation, adapté à des briques moléculaires possédant cette fois des atomes d’oxygène.