Des supracristaux à une dimension : un outil pour la physique du solide

Content available for subscribers Add to the selection

You have to log in to display this article
Only the summary is displayed

Already an account? Log in!

Des chercheurs de l’Université Fudan à Shanghai (Chine) ont mis au point une méthode assurant le contrôle de la solvophobicité des nanoparticules avec leurs ligands par rapport à la solution (hexane). L’ajout de clusters moléculaires dont la taille est faible devant celle des nanoparticules semble jouer un rôle d’agent de structuration.