De nouveaux édifices pour étudier le couplage exciton-plasmon

Content available for subscribers Add to the selection

You have to log in to display this article
Only the summary is displayed

Already an account? Log in!

Un consortium de chercheurs (Université de Hambourg et de Berlin, Université de Stanford) ont montré qu’il est possible de former des combinaisons hybrides de nanoparticules plasmoniques et excitoniques par auto-organisation en utilisant un système flexible à partir de nanoparticules colloïdales.