Jonction moléculaire : encombrer pour stabiliser…mais où ?

Content available for subscribers Add to the selection

You have to log in to display this article
Only the summary is displayed

Already an account? Log in!

Les oligoynes sont des systèmes prometteurs pour l’élaboration de jonctions moléculaires car ces chaines monodimensionnelles d'atomes de carbone conjugués sont capables de transmettre des charges sur de longues distances. Cependant, leur instabilité inhérente est un facteur limitant qu’un consortium de chercheurs européens est parvenu à contourner.[1] Deux méthodes de stabilisation précédemment décrites ont été employées simultanément : la première consiste à introduire des groupements encombrants au niveau de la fonction d’ancrage coordinante de type pyridyle (3,5-diphénylpyridine) aux deux extrémités du fil moléculaire), alors que la seconde propose d’entourer le fil moléculaire d’un macrocycle (rotaxane) de façon à stabiliser les carbones hybridés sp.